Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 17:30

Célèbres furent les nombreux quolibets et jeux de mots commis par le président Dupin — André Dupin (1783-1865) dit Dupin aîné, élu à l'Académie française en 1832, fut tour à tour président de la Chambre des députés (1832), membre de l'Assemblée constituante (1848), président de l'Assemblée législative (1849). C'est lui qui, un jour, après une avalanche de discours insignifiants, alors qu'il était président de la Chambre, comparait la tribune à un puits : « Quand un seau descend, l'autre remonte ; mais la Vérité ne sort jamais ! »

 

Andre-Dupin.jpgLui qui, après avoir rappelé à l'ordre le grand orateur Berryer pour outrages au ministère, lui disait tout bas : « Continue, mon brave, continue ! Tu es en veine ! » Lui encore qui, durant une séance tumultueuse où tout le monde parlait en même temps, et comme Thiers, qui était de très petite taille, venait de dire : « Je crois, Messieurs, qu'il existe, dans la Chambre, à cette heure, un petit malentendu... », l'interrompit par cette semonce : « Le petit malentendu, c'est vous, monsieur Thiers : montez donc à la tribune, et surtout parlez plus haut ». Lui enfin qui remarquait, à propos d'un député nommé Pétou, qui ne cessait de demander la parole : « Il faut toujours que M. Pétou parle ! » Et toute l'assemblée aussitôt de s'écrier en chœur : « Qu'il parle ! Qu'il parle ! » (L'Esprit de tout le monde, par Lorédan Larchey et L'Indépendance de l'Est du 4 février 1887.)

 

Les palinodies politiques du président Dupin et son peu estimable caractère donnèrent lieu, à la fin de sa vie, sous le second Empire, à ce plaisant petit poème (L'Opinion du 13 novembre 1885, et Larousse, art. Dupin) :

 

Tout pouvoir à son tour peut dire : « Il est des nôtres ».

Aux proscrits Dupin dur, Dupin mollet aux autres !

 

Pour reprendre son siège, il n'est pas indécis.

A soixante-quinze ans, c'est bien Dupin rassis.

 

Dupin, voulant rester au Palais de Justice,

Se vendra désormais comme. Dupin d'épice.

 

Jamais ses auditeurs, plus ou moins ébahis.

Depuis son dernier speech, ne crieront : Dupin bis !

 

D'un citoyen, d'un homme, il n'est qu'un faux semblant :

II fut gris, il fut rouge : il serait Dupin blanc !

 

D'accord avec le diable, il a tant travaillé,

Qu'il pourrait bien un jour être Dupin grillé.

 

Il me semble qu'on l'a par trop cher acheté ;

Car, voyez, c'est Dupin dernière qualité.

 

Oui, l'empereur, l'autre matin,

S'est fort trompé, sans aucun doute ;

Croyant avoir l’ami Dupin,

Il n'avait qu'une vieille croûte.

 

Illustration : André Dupin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Blog pittoresque - dans Brèves
commenter cet article

commentaires

biohealthchip 29/05/2015 11:28

I just want to say I am just newbie to blogging and site-building and really enjoyed your blog site. Probably I’m likely to bookmark your website . You really come with fabulous articles. Regards for revealing your website page.

www.businessplancomplete.com 26/05/2015 09:15

there are lot of post in their site and your post is one of them and I think it’s a good creative writing. Thank you for share with us.

Présentation

  • : Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • : Histoire de France, magazine et brèves insolites. Retrouvez ici : 1° Des brèves insolites et pittoresques pour mieux connaître la petite histoire de nos ancêtres et la vie quotidienne d'autrefois. Le passé truculent ! 2° Notre revue périodique 36 pages couleur consacrée à la petite Histoire de France (vente sur abonnement et numéro) : articles de fond et anecdotes-clés liées aux thèmes traités.
  • Contact

Recherche

Facebook

La France Pittoresque...