Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 17:30

D'après « Le Petit Méridional », paru en 1898

 

En 1898, un chroniqueur raille ce qui apparaît alors comme une nouvelle forme de musique : la nasophonie, et ses conséquences probables sur la morphologie humaine.

 

Nez.jpgLa musique a fait de grands progrès dans le courant des deux derniers siècles et ses conquêtes ont été aussi nombreuses que décisives, écrit-il. Cependant, toutes les nouveautés ne constituent pas nécessairement des améliorations et, sur les acquisitions les plus récentes, en particulier, on pourrait enregistrer les opinions les plus variables et les goûts les plus différents. Tel amateur de Rossini traitera Wagner de barbare, de même que tel qui se pâme aux sons d'un Stradivarius maudira le piano ou la clarinette.

 

Il est donc fot douteux que la musique nouvelle dont on nous annonce l'apparition rallie du premier coup tous les suffrages. Il s'agit de la nasophonie, sport aussi distingué que difficile et qui consiste à exécuter des airs en se mouchant. C'est d'Italie que nous sont venus les premiers... ronflements de l'art nouveau. Cette nouvelle musique instrumentale est, dit-on, très appréciée au-delà des Alpes et fait fureur, paraît-il, parmi la jeunesse mélomane. Dans quelques villes, à Civita Vecchia, par exemple, des jeunes gens ont fondé un cercle de « nasomanes » et, pour y être admis, il faut pouvoir exécuter au moins la romance de la Gazza Ladra sur le bout... du nez et monter une gamme chromatique de deux octaves et demie.

 

Autrefois, chanter du nez était un défaut ; aujourd'hui, c'est un talent. Cet art à son aurore n'est qu'une conséquence : après l'artiste fin de siècle qui fit florès à Paris il y a quelques années, il était à prévoir qu ele nez ne resterait pas inactif. Pour peu que la mode s'en mêle, nous en entendrons sans doute de belles ! Il est encore un point sur lequel les nasomanes n'ont peut-être pas suffisamment médité.

 

La science enseigne que les organes s'atrophient par défaut d'exercice et se développent par l'usage. Il faut donc s'attendre à voir les nez suivre une progression croissante et refléter fidèlement par leurs dimensions les progrès de la nasophonie. Et c'est peut-être là – qui sait ? – l'amorce d'un perfectionnement précieux. Successivement allongé, épaissi, dilaté, le nez pourra devenir flexible et préhensible. Au bout d'un certain nombre de générations, les hommes, réhabilitant ainsi un organe trop négligé, seront pourvus d'une gracieuse trompe.

 

Mais qu'ils se hâtent : ils sont dès maintenant distancés de fort loin et il leur faudra de grands efforts pour battre le record de l'éléphant. Ce pachyderme nous paraît avoir des droits incontestables au titre de prince des nasomanes. Sans aucun doute, c'est par une éducation musicale rationnelle qu'il a conduit son appendice nasal aux monumentales proportions que tout le monde admire aujourd'hui.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Blog pittoresque - dans Brèves
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • : Histoire de France, magazine et brèves insolites. Retrouvez ici : 1° Des brèves insolites et pittoresques pour mieux connaître la petite histoire de nos ancêtres et la vie quotidienne d'autrefois. Le passé truculent ! 2° Notre revue périodique 36 pages couleur consacrée à la petite Histoire de France (vente sur abonnement et numéro) : articles de fond et anecdotes-clés liées aux thèmes traités.
  • Contact

Recherche

Facebook

La France Pittoresque...