Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 19:36

Couverture28Extrait de l'article :

 

Si catastrophes naturelles et épidémies affectant la planète au Xe siècle apportent de l’eau au moulin de certains prédicateurs annonçant la fin du monde prochaine, la population prête à ces derniers une oreille distraite.

 

La pensée que le monde doit un jour disparaître se retrouve dans la plupart des auteurs latins : Virgile, dans ses Géorgiques, Lucain, dans la Pharsale, Lucrèce, dans son poème De natura rerum, y font une allusion plus ou moins précise. C’est surtout pendant les cinquante premières années de l’ère chrétienne qu’une terreur générale se manifesta...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 19:35

Couverture28Extrait de l'article :

 

Au XIXe siècle encore, les diverses éditions imprimées portent qu’Odette de Champdivers était fille d’un marchand de chevaux, « filia cujusdam mercatoris equorum » ; mais le manuscrit, unique et original, portait « cujusdam marescalli equorum ». Le roi Charles VI...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 19:35

Couverture28Extrait de l'article :

 

Tandis que frère Charlot s’acheminait sur Dijon à petites étapes, Odette de Champdivers était à bout de ressources et, pour exposer sans doute une fois de plus au duc de Bourgogne sa triste situation, s’était, elle aussi, décidée à partir pour Dijon en compagnie de sa fille Marguerite, de Jehan Trestelet, son écuyer, et de Catherine, sa servante...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 19:33

Couverture28Extrait de l'article :

 

Fille d’un maître d’hôtel de Charles VI appelée auprès du monarque par la reine elle-même voulant se soustraire à un époux qu’elle abhorre, Odette de Champdivers veille tendrement sur lui jusqu’à sa mort en 1422 avant de sombrer dans la pauvreté et, ne voulant pas « perdre son âme », se retrouve mêlée malgré elle à une intrigue politique impliquant ses bienfaiteurs.

 

Poètes, romanciers et historiens se sont, tour à tour, occupé de la petite reine et tous ont varié en ce qui concerne sa fin, les uns prétendant que « jamais œil humain ne revit » Odette de Champdivers après le décès de Charles VI, dans le sépulcre duquel elle serait tombée morte ; les autres soutenant...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 19:32

Couverture28Extrait de l'article :

 

Une pièce en vers intitulée Monologue du bon vigneron sortant de sa vigne et retournant souper en sa maison, insérée dans une brochure parue en 1607 et composée au plus tôt en 1593, entreprend l’éloge du commerce du vigneron avec sa plante et loue le placide contentement que donne au travailleur son ménage. Un passage aborde notamment le conflit ayant opposé...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 19:31

Couverture28Extrait de l'article :

 

Donnant lieu à un arrêt de la Cour équivoque et subtil laissant les deux parties en présence, un conflit relatif au salaire et à la durée journalière de travail des ouvriers de la vigne éclate à la fin du XIVe siècle dans les villes de Sens et d’Auxerre à la faveur d’une ordonnance royale.

 

A dix ans d’intervalle éclate à la fin du XIVe siècle un conflit entre les gens d’église, nobles et bourgeois de Sens et d’Auxerre, propriétaires de vignes d’une part, et la plèbe des gens de labour, vignerons travaillant à la journée ou à la tâche, eux-mêmes ou la plupart d’entre eux petits propriétaires ou tenanciers en leur particulier, au sujet du maintien de la journée de huit heures...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:59

Couverture28Extrait de l'article :

 

En 1653, Guy Patin se montrait particulièrement hostile à l’emploi du quinquina, rapportant l’expérience qu’il avait faite de cette substance : « J’avais traité une fille de la fièvre quarte si heureusement que l’accès était réduit à deux heures seulement. Sa mère impatiente, ayant entendu le bruit que faisait cette poudre des jésuites, en acheta...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:59

Couverture28Extrait de l'article :

 

Mme de Sévigné fut à l’avant-garde pour prôner le « remède de l’Anglais ». En 1685, alors que le crédit de l’empirique avait considérablement baissé, elle ne désarmait pas : « Je serais surprise bien agréablement si les eaux de Vichy faisaient du bien à cent lieues de la grille : je crois que le chevalier en doute comme moi...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:58

Couverture28Extrait de l'article :

 

Découvert au Pérou puis jalousement gardé par les indigènes à en croire la légende, le quinquina, puissant fébrifuge, est rapporté en Europe en 1639 sous le nom de Poudre de la Comtesse, mais proscrit et décrié par les Facultés de médecine avant d’être administré avec succès sous le nom de remède anglais et de guérir plusieurs seigneurs de la cour.

 

La légende affirme qu’avant l’expédition de Christophe Colomb, de Cortez et de Pizarre, les Péruviens connaissaient les propriétés fébrifuges du kina - signifiant écorce, devenant china et china-china dans la bouche des Espagnols, et que nous avons traduit par quinquina - qu’ils avaient souhaité tenir cachées...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:57

Couverture28Extrait de l'article :

 

Sacerdotale, guerrière ou satirique, la poésie des bardes, personnages autant respectés que les druides et chantant des louanges parfois dictées par l’adulation lors de combats ou de festins, était hautement récompensée.

 

Tous les auteurs anciens ayant parlé des bardes s’accordent à les représenter comme des poètes improvisateurs, qui chantaient eux-mêmes leurs poèmes en s’accompagnant de la harpe, de la lyre ou d’autres instruments, avec pour les événements remarquables, les vertus, les hauts faits des héros, et quelquefois, d’après Diodore de Sicile...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • : Histoire de France, magazine et brèves insolites. Retrouvez ici : 1° Des brèves insolites et pittoresques pour mieux connaître la petite histoire de nos ancêtres et la vie quotidienne d'autrefois. Le passé truculent ! 2° Notre revue périodique 36 pages couleur consacrée à la petite Histoire de France (vente sur abonnement et numéro) : articles de fond et anecdotes-clés liées aux thèmes traités.
  • Contact

Recherche

Facebook

La France Pittoresque...