Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:25

Couverture33Extrait de l'article :

 

Dès le XIIe siècle, nombre d’ordonnances défendent aux filles publiques de porter vêtements et bijoux que la mode fait rechercher par les dames de qualité, le XIXe siècle voyant éclore l’idée d’un moyen d’identification.

 

Déjà, sous le règne de saint Louis, les filles publiques se faisaient distinguer par des ceintures où brillait l’éclat de l’or. En vue d’entraver la prostitution, ce roi ordonna que leur ceinture fût saisie au profit du prévôt. Si l’ordonnance fut rigoureusement exécutée, la prostitution n’en fut pas moins tolérée...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:15

Couverture33Extrait de l'article :

 

Interrogé par d’Argenson, un nommé Thuriat, que Vinache avait pris à son service en août 1702 en qualité d’artiste pour la chimie, révéla qu’il avait eu connaissance d’un projet des domestiques de l’Italien de dénoncer leur maître, et que l’alchimiste, par lui averti, avait acheté leur silence en leur promettant une récompense. Martinon, la femme de chambre...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:10

Couverture33Extrait de l'article :

 

À la tête d’une immense fortune étrangement et en hâte amassée, l’alchimiste Etienne Vinache est jeté à la Bastille où il se « suicide » un mois plus tard, le lieutenant de police se déplaçant en personne pour le voir agoniser et l’enterrant sous un nom et un âge apocryphes.

 

D’une naissance obscure quoiqu’il prétendît être homme de qualité et que son père fût grand dataire du pape à Rome, Etienne Vinache, de son vrai nom Vinaccio, était né, disait-il, à Naples, en 1666, ne possédait aucun bien dans son pays, et son instruction avait été si négligée qu’il ne savait ni lire ni écrire...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:01

Couverture33Extrait de l'article :

 

Pour sortir l’industrie française de l’ornière, Laffemas se montra très supérieur à son temps. Se préoccupant de reconstituer le personnel de l’industrie, un grand nombre d’ouvriers, parmi les plus habiles assurés de trouver partout un emploi, ayant quitté la France sous l’effet des guerres de religion, Laffemas voulut attirer les ouvriers étrangers « besognans en draps façon de serge de Florence, raz de Milan, serge d’Ascot, d’Ypres, camelots...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:00

Couverture33Extrait de l'article :

 

Sans avoir fréquenté l’école ni reçu aucune culture, sans parenté ni alliance, le dauphinois Barthélemy de Laffemas, de chaussetier de l’écurie du prince de Béarn, se hisse au rang de porte-parole des industriels et commerçants français, tenant tête au grand Sully pour imposer la mise en œuvre de réformes selon lui salutaires à un pays ruiné par les guerres.

 

Né en 1545 à Beausemblant dans la Drôme, d’une famille de petite noblesse mais sans fortune, Barthélemy Laffemas ne fréquenta ni les collèges ni les académies provinciales, embrassant très tôt le métier de tailleur d’habits, avant de quitter le Dauphiné pour la Navarre, à peine âgé de 17 ans, vraisemblablement amené à la suite de quelque seigneur dauphinois...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:00

Couverture33Extrait de l'article :

 

Parmi les mesures préconisées par Laffemas et devant modifier les conditions générales de l’industrie, figurait la refonte générale des règlements de communautés. Les intéressés eux-mêmes, marchands ou artisans, l’appelaient de leurs vœux : tantôt le texte des anciens statuts avait été altéré ; tantôt, pour deux professions qui se touchaient, les statuts se trouvaient en contradiction ; dans certains cas...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 16:59

Couverture33Extrait de l'article :

 

« Il n’y a pas de ville où l’on use plus de linge qu’à Paris », écrit Mercier vers 1780 dans son Tableau de Paris. Et d’affirmer que « telle chemise d’un pauvre ouvrier, d’un précepteur et d’un commis passe tous les quinze jours sous la brosse et le battoir...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 16:58

Couverture33Extrait de l'article :

 

L’origine des bateaux-lavoirs remonte au XVIIe siècle. Le 16 septembre 1623, un traité assurait à un entrepreneur le droit à perpétuité de mettre sur la Seine « des bateaux pour servir à laver la lessive, en telle quantité qu’il sera admis et en tel endroit qu’il verra le plus à propos ». Ce privilège finit par tomber...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 16:57

Couverture33Extrait de l'article :

 

Chargées de l’entretien du linge des familles aisées et bien que jamais érigées en corporation régulière, les blanchisseuses ou lavandières doivent se plier au XVIIe siècle aux exigences d’une administration parisienne veillant à la bonne hygiène des tissus nettoyés, et s’assurant que cette activité soit exercée notamment au sein de bateaux-lavoirs.

 

Les blanchisseuses furent d’abord appelées lavandières, nom qu’elles conservèrent durant plusieurs siècles. La Taille de 1292 cite 43 lavandiers ou lavandières, parmi lesquels « Jehanne, lavendière de l’abbaie » de Sainte-Geneviève ; elle habitait la « rue du Moustier »...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 16:56

Couverture33Extrait de l'article :

 

Au milieu du XVIIIe siècle, Alléon Dulac disait : « La différence qui se trouve entre la châtaigne et le marron vient de ce que l’arbre qui a produit celui-ci a été enté. La réputation des marrons de Lyon dans tout le royaume, et l’empressement avec lequel on les recherche, font leur éloge plus que tout ce que j’en pourrais dire ». De fait, le marron de Lyon constituait une véritable friandise pour...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • : Histoire de France, magazine et brèves insolites. Retrouvez ici : 1° Des brèves insolites et pittoresques pour mieux connaître la petite histoire de nos ancêtres et la vie quotidienne d'autrefois. Le passé truculent ! 2° Notre revue périodique 36 pages couleur consacrée à la petite Histoire de France (vente sur abonnement et numéro) : articles de fond et anecdotes-clés liées aux thèmes traités.
  • Contact

Recherche

Facebook

La France Pittoresque...