Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:33

Couverture27Extrait de l'article :

 

Sous Louis XV, les liquides tels que vins fins ou ordinaires, liqueurs, sirops, bières, cidres, huiles, etc., étant vendus au litre, demi-litre, quart de litre, l’autorité imposa que les bouteilles les contenant aient ces diverses capacités, adoptant cette mesure par une déclaration en date du 8 mars 1735, ce qui mit...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:32

Couverture27Extrait de l'article :

 

Constituée tardivement bien que le jus fermenté de pomme et de poire soit d’un usage très ancien dans les Gaules, la corporation des marchands de cidre et de poiré n’hésite pas à défendre farouchement ses prérogatives acquises à prix d’or, accordées par Louis XIV en 1692.

 

Le jus fermenté de la pomme et de la poire est d’un usage très ancien dans les Gaules. Au rapport de Fortunat, évêque de Poitiers, sainte Radegonde - épouse du roi Clotaire Ier (VIe siècle) - faisait servir du poiré à sa table. La vie de saint Colomban nous révèle que Thierry, roi de Bourgogne, essayant de gagner les faveurs de cet homme auquel l’Histoire reproche quelquefois une inflexibilité de caractère et des emportements de conduite, lui envoya à dessein un dîner dont tous les plats étaient choisis...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:32

Couverture27Extrait de l'article :

 

Avoir maille à partir avec quelqu’un, c’est avoir une maille à partager (le mot partir signifiant autrefois partager) ; et, au figuré, avoir des différends, des discussions sur des choses de la plus mince valeur. La maille était une petite monnaie qui ne valait que la moitié d’un denier. Il y avait des mailles parisis, des mailles tournois, et même des demi-mailles. La monnaie...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:31

Couverture27Extrait de l'article :

 

Un texte de Pline du Ier siècle (livre XI, chapitre 42 intitulé De diversitate caseorum) porte que : « A Rome ce rendez-vous des productions de tous les pays du monde, et où par conséquent on peut comparer de près leur qualité, on estime principalement, entre les fromages qui viennent des provinces romaines...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:26

Couverture27Extrait de l'article :

 

Au début du XXe siècle, on imaginait la décentralisation comme enfin opérée, tout rapprochant désormais Paris de la province, tandis que tout contribuait autrefois à les éloigner, et notamment la lenteur des voyages. Pour beaucoup de gens, un voyage à Paris était au XVIIe siècle une affaire, un évènement. Il ne fallait pas moins de cinq jours, sous Louis XV...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:25

Couverture27Extrait de l'article :

 

Les meurtres étant jadis fréquents dans les auberges et la croyance au retour nocturne des esprits sur les lieux du crime répandue, la frayeur des trépassés et revenants écarta un temps moult personnes des hôtelleries.

 

Afin d’écarter ces idées sinistres et de mettre leur gîte à l’abri des maléfices et des pièges du diable, les hôteliers y multipliaient sur les murs des figures pieuses, des images de sainteté. On n’y voyait pas seulement alors, comme au XVIIe siècle, de ces tableaux des quatre saisons, grossièrement enluminés, qui inspirèrent à Mme de Sévigné sa charmante et spirituelle phrase sur « les printemps d’hôtellerie » ; ni les douze mois de l’année, « l’un semant, dit Monteil, l’autre moissonnant ; l’un taillant la vigne...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:24

Couverture27Extrait de l'article :

 

Saint-Simon rapporte qu’en 1697, « le roi chassa fort précipitamment toute la troupe des comédiens italiens et n’en voulut plus d’autres. Tant qu’ils n’avaient fait que déborder en ordures sur le théâtre, et quelquefois en impiétés, on n’avait fait qu’en rire ; mais ils s’avisèrent de jouer une pièce qui s’appelait la Fausse Prude, où madame de Maintenon...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:18

Couverture27Extrait de l'article :

 

Tandis que l’édit sur les duels venait d’être rendu et que Richelieu poursuivait ceux qui, bravant sa défense, mettaient l’épée à la main, parut une tragédie de Corneille où le duel se trouvait légitimé : au nom de son passé, des services rendus, du rang même qu’il occupait au sein de l’Etat, un gentilhomme refusait de consentir à présenter des excuses à l’envoyé du roi. Richelieu pouvait-il voir, d’un esprit tranquille, la noblesse...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:17

Couverture27Extrait de l'article :

 

Jusqu’en 1706 et l’implication du lieutenant de police, la surveillance des pièces de théâtres était empreinte d’une anarchie administrative plaçant les comédiens sous la menace continuelle de sévérités capricieuses allant d’une amende au bannissement du royaume, en passant par la peine corporelle, le roi s’opposant parfois à un parlement autoritaire.

 

On peut faire dater la censure au théâtre au XVefrance, magazine, revue, presse, trimestriel, histoire, monde, ancêtres, passé, autrefois, anciens, chroniques, articles, journal, documents, mémoires, racines siècle, lorsque la licence dramatique des clercs de la Basoche nécessita l’intervention de l’autorité, le parlement réprimant en 1442 par ses ordonnances les excès des moralités et surtout des farces et soties de cette corporation...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:15

Couverture27Extrait de l'article :

 

Il eût été difficile que l’imagination populaire ne brodât point sur les fonctions quelque peu mystérieuses et l’aspect singulier du pivert, à qui nous devrions la pluie et qui passa pour un animal bête et nuisible.

 

A Rome, le pivert était respecté entre tous, jouissait d’une grande vénération et, au rapport de Pline, avait une « haute importance dans les augures ». Plutarque en parle ainsi dans ses Questions Romaines : « Pourquoi les Latins ont-ils tant de respect pour le pivert et se gardent-ils avec soin de lui faire du mal ? Est-ce parce que le roi Picus, qui fut, selon la Fable, métamorphosé en pivert par les enchantements de sa femme, prononçait des oracles à ceux qui venaient le consulter ? Ou à ce récit purement fabuleux...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • : Histoire de France, magazine et brèves insolites. Retrouvez ici : 1° Des brèves insolites et pittoresques pour mieux connaître la petite histoire de nos ancêtres et la vie quotidienne d'autrefois. Le passé truculent ! 2° Notre revue périodique 36 pages couleur consacrée à la petite Histoire de France (vente sur abonnement et numéro) : articles de fond et anecdotes-clés liées aux thèmes traités.
  • Contact

Recherche

Facebook

La France Pittoresque...