Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 19:31

Couverture28Extrait de l'article :

 

Donnant lieu à un arrêt de la Cour équivoque et subtil laissant les deux parties en présence, un conflit relatif au salaire et à la durée journalière de travail des ouvriers de la vigne éclate à la fin du XIVe siècle dans les villes de Sens et d’Auxerre à la faveur d’une ordonnance royale.

 

A dix ans d’intervalle éclate à la fin du XIVe siècle un conflit entre les gens d’église, nobles et bourgeois de Sens et d’Auxerre, propriétaires de vignes d’une part, et la plèbe des gens de labour, vignerons travaillant à la journée ou à la tâche, eux-mêmes ou la plupart d’entre eux petits propriétaires ou tenanciers en leur particulier, au sujet du maintien de la journée de huit heures...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:59

Couverture28Extrait de l'article :

 

Mme de Sévigné fut à l’avant-garde pour prôner le « remède de l’Anglais ». En 1685, alors que le crédit de l’empirique avait considérablement baissé, elle ne désarmait pas : « Je serais surprise bien agréablement si les eaux de Vichy faisaient du bien à cent lieues de la grille : je crois que le chevalier en doute comme moi...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:59

Couverture28Extrait de l'article :

 

En 1653, Guy Patin se montrait particulièrement hostile à l’emploi du quinquina, rapportant l’expérience qu’il avait faite de cette substance : « J’avais traité une fille de la fièvre quarte si heureusement que l’accès était réduit à deux heures seulement. Sa mère impatiente, ayant entendu le bruit que faisait cette poudre des jésuites, en acheta...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:58

Couverture28Extrait de l'article :

 

Découvert au Pérou puis jalousement gardé par les indigènes à en croire la légende, le quinquina, puissant fébrifuge, est rapporté en Europe en 1639 sous le nom de Poudre de la Comtesse, mais proscrit et décrié par les Facultés de médecine avant d’être administré avec succès sous le nom de remède anglais et de guérir plusieurs seigneurs de la cour.

 

La légende affirme qu’avant l’expédition de Christophe Colomb, de Cortez et de Pizarre, les Péruviens connaissaient les propriétés fébrifuges du kina - signifiant écorce, devenant china et china-china dans la bouche des Espagnols, et que nous avons traduit par quinquina - qu’ils avaient souhaité tenir cachées...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:57

Couverture28Extrait de l'article :

 

Sacerdotale, guerrière ou satirique, la poésie des bardes, personnages autant respectés que les druides et chantant des louanges parfois dictées par l’adulation lors de combats ou de festins, était hautement récompensée.

 

Tous les auteurs anciens ayant parlé des bardes s’accordent à les représenter comme des poètes improvisateurs, qui chantaient eux-mêmes leurs poèmes en s’accompagnant de la harpe, de la lyre ou d’autres instruments, avec pour les événements remarquables, les vertus, les hauts faits des héros, et quelquefois, d’après Diodore de Sicile...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:56

Couverture28Extrait de l'article :

 

De la fin de janvier 1702 à la fin d’avril, les assemblées où l’on « tombe » et où l’on prophétise ne cessent pas à Saint-Privat-de-Vallongue, où est passée Françoise Brès. La nuit du 25 au 26 mars, le curé de Saint-Michel de Dèze en découvre une dans sa paroisse. Le lendemain matin, une autre s’est formée, et dix des assistants sont conduits à Alais...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:55

Couverture28Extrait de l'article :

 

Le 30 mars 1689, Henry Fabre, facturier de laine habitant Lassalle (Gard), âgé de 26 ans, était interrogé par Mandajors, subdélégué de Bâville à Alais, qui lui présentait certains papiers trouvés sur lui, à savoir : un cahier contenant cent choses contre la religion catholique, une feuille de papier contenant...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:55

Couverture28Extrait de l'article :

 

Éclatant en 1702, la guerre des Camisards est l’aboutissement de la persécution, exercée de longs mois durant, par l’Intendant du Languedoc Bâville, contre les « prophètes » qui remettent en cause l’Église romaine et dont le pouvoir d’exhortation s’avère à même de convertir avec une déconcertante rapidité protestants fervents, indifférents ou catholiques.

 

Agitant d’abord la vallée inférieure de la Drôme en 1688, le prophétisme présentait des traits absolument insolites, les « prophètes » des deux sexes, souvent des enfants, tombant d’abord dans un assoupissement plus ou moins convulsif, à la suite duquel ils faisaient entendre des exhortations ou inconscientes, ou à demi conscientes. Leurs discours, dont ils perdaient souvent la mémoire à leur réveil...

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:54

Couverture28Extrait de l'article :

 

Une légende fit un temps du célèbre Pascal l’inventeur de la brouette. Pourtant, elle était en usage plus de quatre siècles avant la naissance de l’auteur des Lettres provinciales, témoin une curieuse vignette dessinée dans un manuscrit datant de la fin du XIIIe siècle ou du commencement...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:53

Couverture28Extrait de l'article :

 

Dans l’Église primitive il n’existait ni confesseur ni par conséquent de confession privée, et dans les premiers temps, les chrétiens faisaient ainsi l’aveu de leurs fautes à Dieu seul, tâchant d’obtenir leur pardon par des œuvres méritoires et en corrigeant leurs vices. Par humilité, beaucoup de chrétiens confessaient publiquement leurs péchés...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • : Histoire de France, magazine et brèves insolites. Retrouvez ici : 1° Des brèves insolites et pittoresques pour mieux connaître la petite histoire de nos ancêtres et la vie quotidienne d'autrefois. Le passé truculent ! 2° Notre revue périodique 36 pages couleur consacrée à la petite Histoire de France (vente sur abonnement et numéro) : articles de fond et anecdotes-clés liées aux thèmes traités.
  • Contact

Recherche

Facebook

La France Pittoresque...