Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:14

Couverture28Extrait de l'article :

 

Né du christianisme, le bruit nocturne que l’on faisait avec des chaudrons, poêles et autres instruments ou ustensiles de métal au son lugubre et baroque, pour donner des sérénades accompagnées de huées à des personnes convolant en secondes noces, était appelé charivari et fermement condamné par une justice cependant impuissante.

 

Lorsqu’une personne âgée, homme ou femme, en épousait une beaucoup plus jeune qu’elle, il était d’usage que les voisins se rassemblassent le soir sous les fenêtres des nouveaux mariés ; là, chacun, muni de poêles, poêlons, chaudrons, etc., les frappaient rudement avec d’autres instruments de fer ; ou bien, les agitant en l’air, on heurtait à grand bruit les unes contre les autres tous ces ustensiles résonnants. Des cris perçants, des huées tumultueuses...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:11

Couverture28.jpgArticles parus dans le numéro 28

(cliquez pour lire un extrait) :


> Le Charivari pour fustiger les secondes noces
> Dangereux charivaris de la cour royale
> Charivari politique pour accueillir un député
> Brillants débuts de la cristallerie de Baccarat
> Le miroir de Venise : un cristal ancestral oublié ?
> Luttes intestines de la corporation des chapeliers
> Le demi-castor règne en maître
> L'étrange cérémonie d'intronisation des compagnons chapeliers
> Les mérites du bézoard ou pierre à venin
> Paré teste le bézoard sur un cuisinier condamné
> 1553 : Charles-Quint fait de Thérouanne une cité fantôme
> Répression des blasphèmes et jurements
> Roi et clergé luttent contre les blasphèmes
> La mort pour punir les blasphémateurs
> Périgourdine abandonnée par Roberval sur l'Île des Démons
> Chêne miraculeux et Notre-Dame des sept douleurs
> Mœurs dissolues au XIVe siècle ?
> Les jarretières envoûtent hommes et femmes
> Naissance de l'Ordre de la Jarretière
> De l'or espagnol dans la capitale historique du Béarn
> 1389 : première horloge sonnant les quarts
> De la confession publique à la confession privée
> Légende sur l'inventeur de la brouette
> Prophétisme : prémices de la guerre des Camisards
> Des prophètes âgés de 4 ans ?
> Extraordinaire pouvoir de contagion du prophétisme
> Quand les bardes charmaient les Gaulois
> 1639 : le quinquina séduit l'Europe
> Guy Patin pourfend l'écorce de quinquina
> Madame de Sévigné plébiscite le quinquina
> Journée de 8 heures pour les vignerons du XIVe siècle ?
> Repos d'une heure du vigneron durant son labeur
> Odette de Champdivers la petite reine
> L'ascendance illustre d'Odette de Champdivers
> Comment Odette fut poussée à la confidence
> Prétendues et épouvantables terreurs de l'an mille
 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 17:49

Couverture29Extrait de l'article :

 

La tradition affirme que lors des massacres de septembre 1792 conduits par Maillard à la prison de l’Abbaye, les meurtriers présentèrent à Mlle de Sombreuil un verre de sang qu’elle dut boire pour sauver son père.

 

De 1792 à 1800, les publications, tant officielles qu’officieuses, républicaines comme royalistes, ne font aucune allusion au fait qu’a perpétué la tradition ; aucune ne parle de l’horrible sacrifice demandé à Mlle de Sombreuil pour sauver l’existence de son père, suspecté d’avoir participé à la défense des Tuileries en 1789 et détenu à la prison de l’Abbaye ; la première trace écrite...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 17:48

Couverture29Extrait de l'article :

 

Le décret de la Convention du 28 vendémiaire an IV (20 octobre 1795) sur la police de la Bourse mentionnait : « Considérant que celui-là est agioteur criminel, qui par choix met son intérêt en compromis avec son devoir, en faisant des opérations d’une nature telle, qu’elles ne peuvent lui rapporter quelque bénéfice qu’au détriment de la chose publique ; que tel est le cas de celui qui achète à terme des matières ou espèces métalliques...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 17:47

Couverture29Extrait de l'article :

 

Systématiquement évoquée en période de crise financière, la prohibition de la spéculation est instituée dès 1716 avant même la création de la Bourse de Paris, mais, en dépit de règles drastiques, Louis XVI déplorera le navrant spectacle d’une institution dévoyée par une avidité sans mesure.

 

Lieux de réunion pour la négociation des effets publics, opérations de banque, change, courtage, commerce et finances, les Bourses de commerce prirent de l’importance par le besoin des relations fréquentes entre commerçants, celles de Bruges, Amsterdam, Venise et Londres florissant longtemps avant celles de Toulouse et de Rouen, les premières qui aient été fondées en France...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 17:46

Couverture29Extrait de l'article :

 

Depuis le Xe siècle jusqu’au XVe siècle, la harpe fut l’instrument le plus estimé, passant pour avoir le pouvoir de calmer la fureur, d’apaiser les souffrances, de dissiper le chagrin et la mélancolie ; mais l’invention de plusieurs instruments et les perfectionnements de quelques autres diminuèrent peu à peu la faveur dont il avait joui. Il resta longtemps dans l’état d’imperfection dans lequel il s’était trouvé lors de la renaissance des arts, ne présentant aucun moyen de modulation...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 17:46

Couverture29Extrait de l'article :

 

Ce brevet accordé à Sébastien Erard par Louis XVI était ainsi libellé : « Aujourd’hui cinq février mil sept cent quatre vingt cinq, le roi étant à Versailles, informé que le sieur Sébastien Erard est parvenu par une méthode nouvelle, de son invention, à perfectionner la construction de l’instrument nommé forte-piano, qu’il a même obtenu la préférence...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 17:45

Couverture29Extrait de l'article :

 

Surpassant ses devanciers et ceux qui, après lui, obtinrent quelque renom dans l’industrie du piano, Erard donne vers 1780 à un instrument dont le monopole de la fabrication appartient alors à l’Allemagne, la solidité, le toucher facile, la pureté du son que réclament les virtuoses, s’essayant également avec succès au perfectionnement de l’orgue et de la harpe.

 

Né le 5 avril 1752 à Strasbourg d’un père ébéniste frappé de la passion que son fils avait pour les outils et de sa précoce habileté dans le travail des bois, Sébastien Erard fut envoyé vers l’âge de 8 ans dans les écoles de sa ville natale pour y étudier l’architecture, la perspective, le dessin linéaire ou la géométrie pratique. Ses heureuses dispositions et son aptitude au travail lui assurèrent une supériorité marquée...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 17:42

Couverture29Extrait de l'article :

 

En 1553 parut un pamphlet composé par maistre Lisset Benancio - anagramme de son vrai nom Sébastien Colin, médecin à Tours -, ayant pour titre Déclaration des abuz et tromperies que font les apotiquaires, fort utile et nécessaire à ung chacun studieux et curieux de sa santé. L’auteur pousse sur la place publique les apothicaires comme d’infâmes malfaiteurs, et les marque au front d’un stigmate brûlant. Après un exorde fulminant...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 17:40

Couverture29Extrait de l'article :

 

Avant la visite de contrôle prévue par l’ordonnance de 1359 et ayant lieu deux fois par an, « environ la feste de Pasques et celle de Toussains », chez les apothicaires, ces derniers juraient, en présence du maître de la corporation et des quatre assistants, qu’ils déclareraient la vérité tant sur les médecines que sur toutes autres choses appartenant au corps du métier, le tout sans mensonge ni fraude ; qu’ils déclareraient également quelles étaient leurs médecines...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • : Histoire de France, magazine et brèves insolites. Retrouvez ici : 1° Des brèves insolites et pittoresques pour mieux connaître la petite histoire de nos ancêtres et la vie quotidienne d'autrefois. Le passé truculent ! 2° Notre revue périodique 36 pages couleur consacrée à la petite Histoire de France (vente sur abonnement et numéro) : articles de fond et anecdotes-clés liées aux thèmes traités.
  • Contact

Recherche

Facebook

La France Pittoresque...