Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 20:56

Couverture32Extrait de l'article :

 

Au début du XXe siècle, les ivoiriers dieppois, arrière-garde d’une armée décimée, nous renseignent sur le mal dont souffre leur profession et les remèdes à essayer : « L’ivoire, disent-ils tous, n’est plus guère à la mode. (...) La mode, libre et capricieuse, ne se décrète pas. Puis le nombre des éléphants, surchassés et trop tués, a diminué ; le beau morfil est devenu rare. Au lieu de 12 à 15 francs...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 19:20

Couverture32Extrait de l'article :

 

Dans le tableau du port de Dieppe, de Vernet (1765), on voit un colporteur, sa hotte sur le dos, toute bourrée de ces menus ouvrages, dont la provenance nous est indiquée par le crucifix d’ivoire qu’il porte sous le bras. Bernardin de Saint-Pierre parle aussi, vers la même époque, de cette « multitude de petits ouvrages, tabatières, étuis découpés à jour, sculptés, avec une patience extrême », où excellait l’industrie locale...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 19:19

Couverture32Extrait de l'article :

 

Constituant deux des communautés les plus importantes, travaillant notamment pour l’Eglise et la noblesse, ce qui leur confère de confortables privilèges, les tailleurs d’images représentent par la peinture mais aussi la sculpture sur bois, os ou ivoire, êtres vivants et objets inanimés, les villes de Paris et de Dieppe acquérant à ce titre grande renommée.

 

Non née chez nous, l’ivoire de luxe, l’ivoire travaillé est une industrie toute française, et si sous le Bas-Empire ce matériau fut surtout employé à la décoration des portes de temples, pour les tablettes à écrire, les bâtons sénatoriaux, les dyptiques consulaires, Byzance raffina encore sur sa devancière. Aux dyptiques et tryptiques à volets rabattus venaient s’ajouter les petites images de sainteté...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 19:18

Couverture32Extrait de l'article :

 

Dès le XVIIIe siècle, Moncrabeau s’illustre par l’esprit humoristique de ses habitants, une Diète s’étant constituée ayant en charge l’envoi de brevet et lettres patentes à tout hâbleur passé maître dans l’art de travestir la vérité.

 

Au commencement du XVIIIe siècle, quelques militaires, retirés dans la petite ville de Moncrabeau, formèrent une société qui se rassemblait sous la halle, pour y parler des affaires publiques et des événements du pays. Au cours de ces réunions certains suppléaient, par des nouvelles...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:59

Couverture32Extrait de l'article :

 

Jusqu’au XVIe siècle, il y avait parmi le peuple, quelquefois même parmi les militaires, peu de gens, excepté les clercs, en état de suivre l’office divin le livre à la main, encore moins assez riches pour avoir des livres de prières avant l’invention...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:55

Couverture32Extrait de l'article :

 

Au XIIIe siècle, la dévotion introduit dans le costume un nouvel ornement, les patenôtres, désignant ce que nous appelons aujourd’hui un chapelet. D’or ou d’argent pour les riches, voire incrusté de pierres précieuses, il est plus modeste pour le commun des fidèles, en jais, en corail, en corne.

 

On portait les patenôtres à la ceinture ou au bras, et on ne les quittait guère. Le militaire durant son service, le magistrat se rendant au Palais monté sur sa mule, égrenaient en chemin leurs patenôtres. Plus tard on eut l’idée de les simplifier, en les réduisant à un seul des dizains qui les composent et que l’on dut dès lors répéter cinq fois. Attachées à un bracelet ou à une bague...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:53

Couverture32Extrait de l'article :

 

La royauté des ribauds étant tombée en quenouille après la mort du bon seigneur de Grignaux, « ce fut une dame, et une grande dame quelquefois », écrit Rabutaux dans son curieux mémoire sur la Prostitution en Europe au Moyen Age, « qui resta chargée de la police des femmes de la cour ». En 1535, elle se nommait Olive Sainte, et recevait de François Ier un don de 90 livres, « pour lui aider, et aux susdites filles...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:52

Couverture32Extrait de l'article :

 

D’après un capitulaire de Charlemagne sur la police intérieure des domaines royaux, les officiers du palais (ministeriales palatini) préposés à la surveillance et à la garde de ces domaines avaient beaucoup d’analogie avec les rois des ribauds, que nous retrouverons, quatre siècles plus tard, exerçant la même surveillance dans l’hôtel du roi. En effet...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:47

Couverture32Extrait de l'article :

 

Précurseur des commissaires de police, le roi des ribauds, né du besoin d’encadrer les hordes de pillards et paillards gravitant autour de l’armée royale, garde bientôt les portes du palais, se fait bourreau ou encore contrôle les jeux de hasard, maisons de prostitution et filles publiques suivant la cour, avant de tomber en discrédit plutôt qu’en désuétude.

 

Ce fut sous le règne de Philippe-Auguste, devenu roi en 1180, que le mot ribaldus ou ribaud fit son apparition dans la langue vulgaire, et y figura dès lors en mauvaise part, désignant les sans aveu que nous trouvons errant et butinant autour de l’ost ou de la chevauchée du roi, et vivant de prostitution, de vol, de jeu et d’aumône. Cette tourbe dégradée s’était prodigieusement...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:44

Couverture32.jpgArticles parus dans le numéro 32

(cliquez pour lire un extrait) :


> La lucrative charge de roi des ribauds discréditée
> Un ancêtre du roi des ribauds sous Charlemagne ?
> Une dame des filles de joie substituée au roi des ribauds
> Les patenôtres, accessoire de dévotion et ornement
> Le marché convoité des perles de patenôtres
> La diète de Moncrabeau adoube et encourage les menteurs
> Imagiers-ivoiriers : métier en danger
> L'activité des ivoiriers relancée grâce aux Anglais
> Déclin du métier d'ivoirier au début du XXe siècle
> Terre au carré des géographes
> Querelles de clochers au sujet de reliques prisées
> Légendaires mais bien réels comptes d'apothicaire
> La mystérieuse vigueur du marronnier du 20 mars
> Les « confrères » du marronnier : un danger ?
> Cabinet noir dénoncé à la Chambre des députés
> Quand le thé chinois infuse à l'Europe ses vertus
> Le thé gage d'une vieillesse heureuse ?
> Tentatives de culture du thé en Europe
> Droit de Quevaise ou contre-pied du droit d'aînesse en Bretagne
> Quevaise ou Juveignerie en Alsace
> René Caillié explore Tombouctou
> Caillié échappe de peu à la mort
> Un retour d'Afrique semé d'embûches
> La laitue reconnue pour affaiblir la vue ?
> Les secrets des mangeurs de feu du XVIIe siècle
> Bête d'Angles mangeant la beauté des filles
> Vertus thérapeutiques de la momie au Moyen Age
> Lent essor de l'industrie cotonnière
> Le coton accusé de sacrifier des emplois
> Essais fructueux de culture du coton en France
> Les moines du Moutier-Rozeille coupables de meurtre
> L'évêque de Limoges et l'indocilité du Moutier
> Dames blanches : fées affables mais irritables
> Le sort de Lyon entre les mains d'une dame blanche ?
> Dames blanches du Jura : éthérées et peinées
> Le Cheval fol institué en mémoire d'une sédition

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • : Histoire de France, magazine et brèves insolites. Retrouvez ici : 1° Des brèves insolites et pittoresques pour mieux connaître la petite histoire de nos ancêtres et la vie quotidienne d'autrefois. Le passé truculent ! 2° Notre revue périodique 36 pages couleur consacrée à la petite Histoire de France (vente sur abonnement et numéro) : articles de fond et anecdotes-clés liées aux thèmes traités.
  • Contact

Recherche

Facebook

La France Pittoresque...