Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 23:27

Couverture20Extrait de l'article :

 

Rattachée tardivement à quelques îlots utilisés comme pâturages, l’île Maquerelle, propriété de l’abbaye de Saint-Germain, est tour à tour un terrain d’entraînement pour soldats, un cimetière improvisé lors de la Saint-Barthélemy, puis un lieu où s’ébattent les cygnes royaux.

 

Située à l’ouest de la capitale et renommée en 1676 « île des Cygnes » - différente de l’actuelle île des Cygnes -, l’île Maquerelle à laquelle, dans les dernières années du XVIe siècle ou les premières du XVIIe, avaient été rattachées en amont l’île des Treilles, en aval l’île aux Vaches et l’île de Longchamps, la jonction étant assurée vers 1660 par l’îlot...

.

 

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 23:26

Couverture20Extrait de l'article :

 

Voulant faire disparaître la division de la France en 32 provinces, l’Assemblée nationale avait rendu, le 22 décembre 1789, un décret scellant « une nouvelle division du royaume en départements, tant pour la représentation que pour l’administration. Ces départements seront au nombre de 75 à 85 », malgré l’insistance du député de la municipalité de Clermont, Gaultier de Biauzat, faisant prévaloir les avantages à conserver les anciennes provinces...

.

 

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 23:25

Couverture20Extrait de l'article :

 

Le registre d’un tabellion de Lunéville, de 1502 à 1509, reproduit le contrat passé entre un maître pelletier et son apprenti : « Sachent tous que Didier le maçon demeurant à Hudiviller a reconnu de son plein gré qu’il a donné par ces présentes Gérard son fils, âgé d’environ quatre ans, à Jehan Develle, le pelletier, demeurant à Crévic et à Isabel sa femme, par ainsi que ledit Jehan et sadite femme seront tenus de nourrir...

.

 

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 23:24

Couverture20Extrait de l'article :

 

Peu connu, le monitoire, dont l’usage remonte au XIIe siècle, est une institution caractéristique de la procédure criminelle sous l’Ancien Régime. Ses origines canoniques sont nettement accentuées, le droit pénal ecclésiastique ayant grandement influé sur le développement de la législation criminelle séculière. Ordre du juge d’église, le monitoire est affiché à la porte des paroisses...

.

 

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 23:23

Couverture20Extrait de l'article :

 

Selon le père Crespet, on peut nouer l’aiguillette pour empêcher l’homme marié seulement, parfois pour empêcher la femme mariée seulement, afin que l’un, ennuyé de l’impuissance de l’autre, commette l’adultère ; et on peut la nouer pour un mois, un an voire à jamais ou du moins autant que l’aiguillette durera. Il rapporte l’étrange observation, sur les aiguillettes nouées, de « taches comme verruques qui estoient comme marques des enfans qui eussent...

.

 

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 23:22

Couverture20Extrait de l'article :

 

Non seulement l’Église crut au pouvoir des noueurs d’aiguillettes, mais de surcroît plus d’un prêtre s’exerça à cette pratique. Un procès-verbal dressé de 1325 à 1350 fait état d’un charme jeté sur Louis de Crécy, comte de Flandres et de Nevers, par Artus Flotte, abbé de Vézelay, son garde des sceaux, et par Guy Grimaux, chevalier...

.

 

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 23:21

Couverture20Extrait de l'article :

 

Des siècles durant, Église, magistrats et peuple prêtent à certains le pouvoir de frapper d’impuissance les jeunes époux en nouant l’aiguillette, maléfice passible de la peine capitale. Se délier des effets d’un rite accompli de préférence lors des noces et mêlant cérémonies « sales, vilaines et impures », est tâche ardue nécessitant de bien curieux ingrédients.

 

Les Anciens, ne sachant qui rendre responsable de ces défaillances imprévues que des hommes, en apparence vigoureux, éprouvaient temporairement, eurent tôt fait de les attribuer à quelques maléfices, à quelque herbe malfaisante que l’infortuné avait dû absorber à son insu, ou encore à quelque envoûtement, Ovide (Ier siècle av. J.-C.) écrivant dans Les Amours : « Est-ce un enchantement, une herbe vénéneuse...

.

 

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 23:21

Couverture20Extrait de l'article :

 

L'exercice de la profession de sage-femme était jadis soumis à l’approbation du curé, qui devait s’assurer des mœurs de la prétendante, lui inculquer les règles en matière de baptême notamment, et lui faire prêter serment.

 

Le Rituel du Diocèse de Luçon publié en 1768 par ordre de Mgr Jacquemet Gaultier d’Ancyse, précise qu’ « il est d’une extrême importance que les sages-femmes soient instruites de ce qui concerne leur ministère, et s’en acquittent fidèlement, puisque la vie des femmes et des enfants, et quelquefois même le salut éternel de ces derniers en dépend. C’est pour cela qu’il leur est défendu...

.

 

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 23:29

Couverture20Extrait de l'article :

 

« Convenus entre Madame Dorothée, princesse de Salm, abbesse, et les dames chanoinesses à elle jointes, d’une part, et les dames doyennes, chanoinesses et Chapitre, d’autre part », les 455 articles convenus décrivant les pratiques de l’église de Saint-Pierre de Remiremont, furent arrêtés par les commissionnaires du roi de France, ce dernier....

.

 

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 23:27

Couverture20Extrait de l'article :

 

Le sacré et le profane concourent à rendre la fête printanière des kyriolés extrêmement agréable et chère aux populations y participant, alliant procession religieuse et banquet sans le moindre débordement à déplorer.

 

Redevance féodale, la manifestation des kyriolés était avant tout un acte de religion, un pieux pèlerinage, mais en même temps une grande et joyeuse solennité. Le kyriolé de Saint-Amé débutait par la protestation qu’on faisait un pèlerinage : « Criaulé ! Gentil sire saint Amé ! Criaulé J’allons en pèlerinage ! Criaulé Tous les mots que nous dirons...

.

 

 

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • : Histoire de France, magazine et brèves insolites. Retrouvez ici : 1° Des brèves insolites et pittoresques pour mieux connaître la petite histoire de nos ancêtres et la vie quotidienne d'autrefois. Le passé truculent ! 2° Notre revue périodique 36 pages couleur consacrée à la petite Histoire de France (vente sur abonnement et numéro) : articles de fond et anecdotes-clés liées aux thèmes traités.
  • Contact

Recherche

Facebook

La France Pittoresque...