Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 23:32

Couverture34Extrait de l'article :

 

Vital d’Audiguier nous a conservé les détails de la fin tragique du baron de Luz et de son fils, tués au mois de janvier 1613 par le chevalier de Guise, et dont la mort motiva la promulgation d’un nouvel édit contre le duel, le 18 janvier de la même année. « Le premier combat fut par une rencontre avec...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 23:31

Couverture34Extrait de l'article :

 

En 1578, Jacques de Caylus, premier favori du roi, avait un soir vu Charles d’Entraguet (second de la maison de Guise) avec lequel il était très lié, descendre d’une croisée du Louvre par laquelle quelquefois une autre personne entrait. S’étant approché de son ami et le goguenardant au sujet de la trahison dont il...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 23:28

Couverture34Extrait de l'article :

 

Considérée comme une usurpation des attributions de la souveraineté et source de lourdes pertes pour le royaume, la pratique du duel pour laver son honneur est malmenée par une ordonnance du chancelier de l’Hospital rendue en 1566 et punissant de mort les duellistes, première d’une longue série dont l’excessive sévérité explique l’inquiétante inefficacité.

 

Le premier événement menant peu à peu à la prohibition absolue du duel au XVIe siècle, survint en 1547 : lorsque La Chastaigneraie, favori du roi Henri II, eut été tué d’une manière peut-être déloyale par Jarnac, dans un combat autorisé par le souverain, ce prince ressentit une telle douleur de cette perte qu’il jura...

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 23:25

Couverture34.jpgArticles parus dans le numéro 34

(cliquez pour lire un extrait) :


> Renaissance des duels au XVIe siècle malgré leur interdiction
> 1578 : un duel tourne en tuerie
> Chaque duel sanglant annonce une nouvelle loi
> Festins et l'oie succulente de la Saint-Martin
> Appréciée de l'Antiquité, l'oie reste onéreuse
> Queues des costumes, ou signe de rang social
> Les marchands européens plébiscitent la foire de Beaucaire
> Les privilèges de la foire de Beaucaire menacés
> La foire de Beaucaire mise en péril
> Nécessaire et lucratif droit de lestage
> La Provence fête la fin de l'hiver
> Eau d'or : boisson aurifère au succès tardif
> Le village de Quarré et le commerce des tombes
> Tombeaux inutiles destinés à de curieux usages
> Maria-Mâtre, vierge de roche veillant sur Nantua
> Déclin de l'authentique sucre de pommes normand
> Recette du véritable sucre de pommes
> La corporation des cordonniers jugée écrasante
> Guerre des cordonniers contre les corroyeurs
> Procès opposant les savetiers aux cordonniers
> Un Janséniste inspire le mouvement convulsionnaire
> Singuliers secouristes au chevet des convulsionnaires
> Convulsionnaires réputés incombustibles
> Selle chevalière ou cérémonie de soumission
> Enfant conçu par la seule imagination
> Plat d'or mal acquis profite à Satan
> Fête des noircis en Dauphiné
> Paternité partagée de la photographie
> Le procédé photographique au point dès 1825 ?
> Moyens rudimentaires pour un Niépce méfiant
> Ingénieux mais infortuné calendrier républicain
> Accouchement difficile du calendrier révolutionnaire
> Vicq d'Azyr précurseur de la veille sanitaire
> Vicq d'Azyr face à ses détracteurs
> Œuvre dense mais inachevée de Vicq d'Azyr
> Interdiction des ifs dans les cimetières

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 00:19

Couverture35Extrait de l'article :

 

Au XIIIe siècle, l’Eglise prend l’initiative d’imposer le signe aux hérétiques, enjoints de porter deux croix sur la poitrine, peine humiliante dont certains tentent de s’affranchir au risque d’être flagellés ou emmurés.

 

Il est fait, pour la première fois, officiellement mention du signe des hérétiques dans le concile de Toulouse de 1229, le statut 10 prescrivant qu’ils devront, pour témoigner qu’ils ont renoncé à leurs anciennes erreurs, porter deux croix sur la poitrine, l’une à droite, l’autre à gauche, et de couleur différente de leurs vêtements, la même prescription étant renouvelée par les conciles de Béziers...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 00:18

Couverture35Extrait de l'article :

 

Le 31 octobre 1853, le prince impérial Napoléon, cousin de l’empereur Napoléon III, revenant de Stuttgart, arriva le soir à Strasbourg et descendit à la Préfecture. Le lendemain, jour de la Toussaint, il se rendit à la cathédrale pendant l’office, et s’arrêta devant l’œuvre de Schwilgué, avant de s’enquérir de l’origine...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 00:17

Couverture35Extrait de l'article :

 

Lorsque Jean-Baptiste Schwilgué parvint à mettre au point ce comput ecclésiastique perpétuel qu’il crut un moment irréalisable au point d’envisager d’être contraint de prouver cette impossibilité par de nouveaux calculs...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 00:16

Couverture35Extrait de l'article :

 

Manifestant très tôt un goût prononcé pour la mécanique et les mathématiques, l’autodidacte Schwilgué, menant de front études, carrière dans l’enseignement et dans l’horlogerie, poursuit des travaux scientifiques visant à tenir le serment de ses 15 ans : conférer l’ « immortalité » à une horloge astronomique de Strasbourg au passé chaotique.

 

Né à Strasbourg le 18 décembre 1776, Jean-Baptiste Schwilgué perdit sa mère à l’âge de six ans, et montra dès ses plus tendres années un goût si décidé pour tout ce qui se rattachait aux arts mécaniques qu’il parvint, sans autre guide que son intelligence et son adresse manuelle, à confectionner, seul, les outils nécessaires à l’établissement...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 00:15

Couverture35Extrait de l'article :

 

Les huguenots ayant conservé le blanc, le roi Charles IX crut devoir adopter l’écharpe rouge, et à la bataille de Dreux, en 1562, lorsque la guerre éclata entre le parti protestant et le parti catholique, « le combat avoit déjà duré plus de cinq heures...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 00:14

Couverture35Extrait de l'article :

 

En vogue au sein des chevaliers du Moyen Age qui y ont semble-t-il d’abord recours comme objet d’utilité personnelle puis plus certainement comme marque d’une faveur féminine, l’écharpe devient pour les croisés un signe distinctif nécessaire, ensuite adopté par le monde militaire et les factions.

 

Quelques auteurs prétendent que l’usage de porter l’écharpe aurait succédé aux croix blanches dont les drapeaux français étaient armoriés depuis Clovis : il semble que ce soit à tort. Si les chevaliers du Moyen Age ont généralement porté des bandes, des lambrequins, des écharpes avant les croisades, celles-ci n’étaient qu’un objet de mode...

 

 

 

Bouton_Commander.gifBouton_Abonner.gifBouton_Sommaire.gif

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Histoire de France. Le Blog La France pittoresque
  • : Histoire de France, magazine et brèves insolites. Retrouvez ici : 1° Des brèves insolites et pittoresques pour mieux connaître la petite histoire de nos ancêtres et la vie quotidienne d'autrefois. Le passé truculent ! 2° Notre revue périodique 36 pages couleur consacrée à la petite Histoire de France (vente sur abonnement et numéro) : articles de fond et anecdotes-clés liées aux thèmes traités.
  • Contact

Recherche

Facebook

La France Pittoresque...